07.12.17
image Statistiques mondiales sur la consommation de pétrole par jour !

Statistiques mondiales sur la consommation de pétrole par jour !

Statistiques du pétrole

La consommation mondiale de pétrole croît à un rythme de 2 % par an. Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), d'ici 2019, le monde aura franchi le cap des 100 millions de barils par jour. Mais cette consommation est-elle en adéquation avec la production mondiale et la réserve disponible ?

Consommation journalière mondiale de pétrole

Chaque jour, le monde consomme 97,4 millions de barils de pétrole, soit 15 486 600 000 litres. Parmi les plus gros consommateurs, on cite les pays en dehors de l'OPEP qui consomment 57 millions de barils par jour. La consommation par pays quant à elle classe les États-Unis à la tête du peloton avec 19,035 millions de barils par jour, suivis de l'Union européenne avec 12,527 millions de barils/jour et la Chine avec 11,056 millions de barils par jour. Quant à la consommation par habitant, notez que :

  • 1 Américain consomme 3 977 litres ou 25 barils de pétrole par jour
  • 1 Allemand en consomme 1 685 litres ou 10,6 barils de pétrole par jour
  • 1 Brésilien consomme 668 litres (4,2 barils)
  • 1 Chinois consomme 347 litres (2,1 barils)
  • 1 Indien consomme 145 litres (0,9 baril/jour)

Depuis le second choc pétrolier, la consommation journalière mondiale de pétrole n'a cessé de croître . En 2014, elle avait de quoi remplir 1, 8 millions piscines olympiques. De plus, notez que chaque seconde de votre vie, 179 000 litres de pétroles sont consommés dans le monde. À ce rythme, la réserve mondiale de pétrole sera totalement à sec dans 52,5 années.

Production mondiale journalière de pétrole

Si le monde consomme 97, 4 millions de barils de pétrole par jour, il en produit 95,65 millions. Ce qui signifie que là, quelque part, une usine, une centrale thermique ou une voiture ne fonctionne pas faute de carburant. On ne peut pas rejeter cette faute aux Américains qui produisent près de 12 millions de barils par jour, ou aux Saoudiens qui avec 11,505 millions de barils produisent assez pour satisfaire ses besoins et ceux des autres pays, dont les États-Unis.

Quoi qu'il en soit, le pétrole est mal reparti dans la planète, mais des réserves restent encore à découvrir. Jusqu'ici, les réserves dites « 1P », c'est-à-dire prouvées et récupérables, totalisent 1 706,7 milliards de barils. Les pays qui en disposent les plus sont le Venezuela, l'Arabie Saoudite, et le Canada avec respectivement 300,9 milliards de barils, 266,5 milliards de barils et 171,5 milliards de barils. Les États-Unis et leurs 48 milliards de barils verront leurs réserves à sec très bientôt !

Quid du pétrole africain ?

Découvert dans les années 50 et exploité depuis les années 60, le pétrole africain se positionne comme l'avenir du pétrole mondial. En Afrique, les nouveaux gisements se multiplient et apparaissent presque chaque année. En 2013, la compagnie américaine Shell a découvert au large du Sénégal le plus grand gisement pétrolier offshore d'Afrique et probablement du monde. Ce n'était ni le premier ni le dernier puisque par la suite, les découvertes se sont succédé dans le continent.

Aujourd'hui, le Congo Brazzaville, sixième au classement africain en terme de production pétrolière d'Afrique annonce son entrée dans le top 3, grâce à ses gisements offshore notamment celui de Moho Nord qui produira 14 000 barils de pétrole par jour à compter de 2017. Pour exploiter de ses réserves offshore de pétrole, le Président Congolais Sassou Nguesso a signé un contrat avec la Suisse Philia SA en 2015. Dirigée par Jean Philippe Amvame, cette dernière prépare déjà les Congolais à un boom pétrolier qui aura lieu probablement d'ici quelques années. Dans le pays, elle a instauré Philia trading, une filiale dotée d'une branche dédiée à l'apprentissage des métiers du pétrole.